Catherine et Jean-marie Le Bihan Domaine Mouthes le Bihan Côtes de Duras

La-Pie-Colette_2017_Domaine-Mouthes-Le-Bihan_Cotes-de-Duras
Jean-marie_le-bihan_domaine_mouthes_le_bihan

À partir de Bordeaux, à quelques encablures en direction du Sud-est, le vignoble des côtes de Duras, se déploie sur les coteaux, en suivant la vallées du Dropt, petite rivière langoureuse propice à la pèche au goujon. C’est ici le royaume de la polyculture, des arbres fruitiers et des noisetiers. L’appellation date de 1937 et s’inscrit dans la droite ligne de celle de son prestigieux voisinage – Bergeracois et bien entendu Bordelais. Au cours de son histoire, assez peu de propriétés n’ont été que viticoles. Celle de Jean-marie et Catherine Le Bihan n’échappe d’ailleurs pas à la règle, et c’est justement cette histoire qui nous amène à pousser les portes de ce domaine atypique. Rencontrons leurs propriétaires et écoutons savoureusement l’histoire de Jean-marie et Catherine Le Bihan.

En 1997, comme dans beaucoup de propriétés agricoles de la région à cette époque, la polyculture est dominante. Dans le cas le plus fréquent, quelques lopins de vignes dessinent ici et là le paysage. C’est aussi le cas au domaine Mouthe Le Bihan. La préoccupation principale d’alors était céréalière, et pourtant Jean-marie envisageait déjà une toute autre destinée pour ce petit coin de paradis. À l’époque les raisins produits partent vers la cave coopérative. Il faut souligner que les Côtes de Duras nées en 1937 dans le prolongement du vignoble bordelais n’ont pas encore acquis les lettres de noblesse qui fleurissent chez leur voisin. Et pourtant Jean-marie et Catherine envisagent déjà les prémices d’un tournant important pour leur domaine et pour leur appellation. Ils se posent la question déterminante : comment valoriser leur travail, leur raisin, leur terroir, leur appellation ? C’est ce déclic-là qui marquera profondément le renouveau du domaine et qui les conduira quelques années plus tard à produire les vins d’auteurs qui leur ressemblent ; véritables fleurons de l’appellation Côtes de Duras, ceux-là même que nous vous proposons de découvrir dans la sélection du gloulover.

Drop_mouthes-le-bihan
Ferme Mouthes-le-bihan

Premier galop d’essai : cinq hectares de vignes sont engagés à la cave ; Catherine s’installe alors au domaine pour épauler Jean-marie. Lui a appris à tailler la vigne dans le temps avec son père et avec Catherine, ils pensent que l’on peut faire beaucoup mieux avec les vignes. Observer, faire preuve de bon sens et respecter la vigne. C’est simple et logique. Ils veulent suivre leur instinct et partager leur expérience avec les personnes qui pourront les nourrir intellectuellement, celles qui pourront les guider vers la voie des vins naturels, des vins propres, des vins d’auteurs. Cette conviction, une intime évidence : un vin se fait avant tout avec de beaux raisins, une vigne saine, une vigne vivante.

La prise de conscience est assez rapide. En s’occupant eux-mêmes du vignoble et en ayant le souci d’améliorer la qualité de la vigne et des raisins à partir de travaux simples comme l’effeuillage ou l’épamprage, en récoltant les raisins destinés à la vinif en cagette, le résultat est plus que prometteur. Les deux barriques de blanc et les quatre barriques de rouges du millésime d’essais ont largement de quoi interroger les deux vignerons néophytes ! Et s’ils tenaient là les contours d’une viticulture qui leur ressemble, pleine d’émotion.

Un élevage de chevaux pur-sang, six hectares de vignes opportuns viennent s’ajouter à l’ensemble et le projet de vie prend forme. Le vignoble sera bio et le vin sera bon ! La bascule va se faire comme souvent à travers une rencontre déterminante en la personne d’un sommelier pointu reconverti en marchand de barriques : Francis Miquel. Elian da Ros en quasi voisin de l’autre rive - Côtes du Marmandais - et Mathieu Cosse à Cahors font partie de la bande et vont aider à caler la récolte 2000. Cette récolte va faire son petit effet à la cession de Vinexpo 2001! Et c’est parti..

Mouthes-le-bihan_gloulover-10
Mouthes-le-bihan_gloulover-12
Mouthes-le-bihan_gloulover-6

Avec Perette et les Noisetiers (la cuvée emblématique) Jean-marie et Catherine Le Bihan repositionnent l’appellation dans une autre sphère. C’est précisément c’elle qui nous intéresse en tant qu’amateurs de vins d’auteur.

À partir de cette cuvée et ce millésime 2000, les vignes déjà cultivées en bio s’engagent dans une voie plus vertueuse, celle de la biodynamie. C’est dans cet objectif que le vignoble s’agrandi et s’étend sur vingt-trois hectares. Des cépages classiques du bordelais s’y épanouissent, ainsi qu’un peu de Malbec et du Chenin. Après tout fort de leur réussite, ils veulent expérimenter d’autres voies.

L’ensemble des parcelles bien exposées sur les coteaux de l’appellation offrent la possibilité d’imaginer des vins personnalisés. Il convient de voir la gamme  « La Pie Colette » en rouge, blanc ou rosé comme des vins de soif à boire entre copains, modernes, respectant au plus près les aromes variétaux. Une stratégie manifestement gagnante de dépoussiérage des standards de l’appellation. Et ce n’est rien de dire qu’à ce prix-là, c’est une formidable découverte.

Mais, si on scanne la démarche globale de Catherine et Jean-marie, outre une créativité certaine qui place les vins du domaine dans la modernité, il faut y ajouter des démarches parcellaires que l’on retrouve dans la cuvée « La Lionne et le désert », nom de deux parcelles appartenant à Jean Paul Mignard sans qui l’aventure n’aurait pas pris cette tournure. Le cheminement est identique dans la cuvée « Perette et les noisetiers », exclusivement sémillon très vieilles vignes. Oui ! Jean-marie a toujours eu la conviction que le Sémillon était un cépage taillé pour faire de très grands vins blancs secs, là où il n’est la plupart du temps uniquement employé pour faire des vins blanc moelleux. Diantre ! Sacrilège !

Les organismes d’état offrent encore des subventions pour l’arrachage des Sémillon en Côte de Duras, Jean-marie lui, défend bec et ongles leur subsistance… Amateurs et amoureux de grands vins blancs, vous mes amis… celles et ceux qui tout comme gloulover ont soif de découvertes, encourageons cette initiative gustative et patrimoniale. Le résultat est tout simplement superbe. C’est divinement glou… !Un glou dyvin (Y pour biodynamie).

Pour les rouges, réapparait la même démarche sélective mais les différences d’approche tant en mode de vinification qu’en élevage vont s’adapter au but rechercher. Si la gouaille de « L’Aimé Chais » et l’harmonie de Vieillefont tiennent à la qualité des raisins et à la justesse des assemblages, les raisins des parcelles aux sols argilo calcaires à silex vont être ramassés en cagette, totalement égrappés, triés sur table avant encuvage et bénéficier d’une macération pelliculaire à froid avant de se retrouver dans la bouteille des Apprentis.

 

 

Mouthes-le-bihan_gloulover-4
Mouthes-le-bihan_gloulover-14
Mouthes-le-bihan_gloulover-1

MACERATION PELLICULAIRE (Blancs)

C’est dans les peaux des raisins que se concentre la majorité de ce qui va s’exprimer dans le vin. Pour rester simple, La macération pelliculaire à froid pour les vins blancs consiste à laisser les baies et les jus refroidis en contact avant de presser les raisins pour en extraire les jus restants avec précaution. La fermentation alcoolique des blancs se faisant à partir des jus après sortie du pressoir. Aujourd’hui quelques viticulteurs font fermenter les raisins blancs sans les presser, baies entières et même parfois grappes entières sans éraflages.

MACERATION PELICULAIRE ROUGES

On pourrait rétorquer que la macération pelliculaire concernant les vins rouges est un gadget  puisque raisins et peaux sont en contact permanent pendant la fermentation alcoolique. Cependant, certains viticulteurs, comme pour les vins blancs, pratiquent une macération à froid avant de démarrer la fermentation alcoolique, qui ne peut se faire que si la température est propice au développement des levures de fermentation, indigènes cela va s’en dire.

Partager sur les réseaux sociaux

Commentaires (1)

Yo

Très beau reportage ! Bravo ! Y a du savoir faire derrière tout cela !

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé

Commandez en toute sécurité
Expéditions optimisées


À partir de 8,69 €, chaque lundi, partout en France
Gratuit à partir de 450 € d'achat ou 48 bouteilles

#gloulover

Partagez vos degustations sur les réseaux sociaux ! Les plus belles images seront repartagées !
Circuit-court

Avec des viticulteurs respectueux de l'environnement.
C'est notre engagement.

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,